Article La députée et le fraudeur

La deputee et le fraudeur paru sur Francetvinfo le 06 février 2017

«Créer des données de toutes pièces, inventer une maladie dans l’espoir d’attaquer en justice les pouvoirs publics puis de commercialiser des tests bidons : un bien beau curriculum que celui d’Andrew Wakefield, radié du registre des médecins de Grande-Bretagne après une fraude massive mettant en scène un lien de cause à effet entre vaccination et autisme. 
L’escroquerie dévoilée, son auteur s’est trouvé de nouveaux amis, parmi lesquels la députée Michèle Rivasi. L’ancienne candidate à la primaire écologiste a invité le fraudeur à projeter un documentaire à sa gloire au Parlement (à Bruxelles, où se réunissent les commissions), en compagnie d’un panel d’activistes « anti-vaccination ». Passée de la légitime dénonciation des lobbies industriels à la promotion des lobbies du complotisme anti-scientifique, Rivasi ne dissimule plus son mépris souverain des faits.
Une fraude avérée L’affaire Wakefield est celle d’une arnaque de grande envergure, dont les séquelles sur nos sociétés sont encore profondes. Il est à l’origine d’une étude publiée en 1998 dans la revue The Lancet, dans laquelle il affirme avoir identifié un lien direct entre l’administration du vaccin rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et une nouvelle forme d’autisme caractérisée par régression comportementale rapide, troubles développementaux et une pathologie digestive associée.
Les travaux sont présentés comme reposant sur l’observation de douze patients (sans comparaison avec un groupe « témoin »). Les associations militant pour la liberté de choix sur la vaccination se saisissent de cette publication, sans bien sur attendre que ces résultats soient corroborés.»…

CLIQUEZ ICI POUR LIRE L’ARTICLE

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *