PREAUT fait le choix de ne confier ses actions de formation qu’à des professionnels expérimentés dans le domaine traité. Ainsi, nos intervenants seront toujours des praticiens engagés sur le terrain.

Bénéficiez de toute l’expertise de nos professionnels pour l’approfondissement de vos connaissances. Découvrez l’ensemble de nos formations professionnelles dans le domaine de l’autisme, de la clinique du bébé et des pratiques institutionnelles.

PREAUT est un organisme habilité à dispenser des formations de Développement Professionnel Continu (DPC)

PREAUT est un organisme habilité à dispenser des formations de Développement Professionnel Continu (DPC).

PREAUT répond aux critères qualité du décret du 30 juin 2015 & est référencé DataDock.

Cliquez sur les formations ci-dessous pour obtenir leur description.

Formations : Les troubles du spectre autistique, dépistage et prise en charge des TSA

     Formation de fond

Troubles du spectre autistique - Evolution des connaissances, évolution des prises en charge

Resumé:

Dans le cadre de l’évolution rapide des connaissances en matière de troubles autistiques des 15 dernières années, cette formation propose une actualisation des connaissances afin de permettre aux équipes professionnelles de s’approprier un processus complexe qui fait actuellement l’objet de débats, voire de controverses passionnées.

Ce programme abordera en particulier les modifications intervenues en matière des classifications qui ont bouleversé le paysage (TED -Troubles Envahissants du Développement et TSA – Troubles du Spectre Autistique) en rapport avec l’augmentation des prévalences, et présentera les résultats des recherches scientifiques actuelles sur l’étiologie et les prises en charge des troubles autistiques, à partir de la littérature scientifique internationale.

      Formations habilitantes

Autisme et Evaluation - Formation au PEP-3 et à l’Elaboration de Projets Individualisés Selon un Modèle Cognitivo- et Neuro-Développemental

Résumé :

Le PEP-R, et la nouvelle version de cet outil, le PEP-3, sont conçus et adaptés pour les enfants présentant un développement atypique et sont destinés à aider au diagnostic d’autisme et autres troubles envahissants du développement et à l’élaboration de programmes éducatifs.

Un des objectifs principaux de ces tests est d’identifier les domaines de compétence de chaque enfant, ses difficultés d’apprentissage et ses capacités émergentes en vue d’établir le programme éducatif le plus approprié. La présence de compétences qui sont en cours d’acquisition indique qu’un domaine donné est en pleine évolution.  Le fait que le développement soit mobilisable dans certains domaines nous fournit des indications par rapport aux prises en charge éducatives et thérapeutiques à mettre en place dans l’immédiat et aux objectifs à atteindre dans le cadre d’un projet personnalisé d’interventions, pour faciliter la consolidation des capacités émergentes et aider l’enfant à évoluer sur une trajectoire positive.

Le « Braintraining » est une méthode cognitivo- et neuro- développementale élaborée aux Etats- Unis par Michelle MacAlpine (1998), qui permet aux professionnels d’analyser le développement des enfants présentant des troubles et d’intervenir dans plusieurs domaines qui ont été identifiés comme perturbés dans l’autisme, notamment ceux du fonctionnement sensoriel, de l’autorégulation (attentionnelle, de l’activité psychomotrice et des processus émotionnels), du fonctionnement cognitif, de la communication verbale et non verbale et de la compréhension sociale.

Cette méthode peut être articulée avec l’utilisation du PEP dans l’objectif de planifier et mettre en place un projet individualisé dans l’accompagnement d’enfants présentant des troubles du développement, projet qui intègre la notion de pluridisciplinarité dans la prise en charge de l’enfant ainsi que la pratique d’autres méthodes complémentaires qui sont spécifiques aux troubles de la communication (PECS, TEACCH, Makaton).

Ateliers-Classe PREAUT

Résumé :

Actuellement les professionnels qui suivent des enfants présentant des troubles envahissants du développement se heurtent à des approches divergentes, souvent appliquées de manière exclusive : méthodes comportementales, cognitives ou prises en charge d’inspiration psychodynamique.

L’approche de pédagogie structurée « Atelier-classe » se propose de dépasser ces clivages, en proposant une démarche où la médiation pédagogique favoriserait, au-delà des acquisitions scolaires, un accès à la relation intersubjective.

Cette approche, éminemment intégrative, utilise les compétences des enseignants et se réfère aux programmes de l’Education Nationale, conjugue différents référentiels théoriques en se centrant sur la dimension développementale, c’est-à-dire en agissant sur la zone proximale de progrès.

Elle vise à outiller les équipes face aux enfants présentant des troubles sévères avec déficience intellectuelle, tout en leur permettant de s’initier à des pratiques et références d’interventions différentes sans que cela ne soit vécu comme intrusif ou trop éloigné de leurs pratiques habituelles.

La possibilité de la mise en place d’ateliers-classe à moyens constants,  ainsi que le caractère intensif (12h hebdomadaires environ) reste réaliste, c’est-à-dire applicable dans les établissements et services actuels. Leur conception est suffisamment rigoureuse pour que les équipes puissent avoir une base sur laquelle s’appuyer et assez souple pour qu’elles puissent se l’approprier et l’ajuster en fonction des freins ou leviers rencontrés dans le quotidien de leur établissement.

Ainsi, leur développement pourrait constituer une stratégie d’ouverture à l’appropriation des Récommandations de Bonnes Pratiques preconisées par l’HAS dans de nombreux établissements.

Braintraining

Résumé :

Le « Braintraining » est une méthode cognitivo- développementale élaborée aux Etats- Unis par Michelle MacAlpine (1998), qui permet aux professionnels d’analyser le développement des enfants présentant des troubles et d’intervenir dans plusieurs domaines qui ont été identifiés comme perturbés dans l’autisme, notamment ceux du fonctionnement sensoriel, de l’autorégulation (attentionnelle, de l’activité psychomotrice et des processus émotionnels), du fonctionnement cognitif, de la communication verbale et non verbale et de la compréhension sociale.

De nombreuses stratégies sont utilisées afin de réduire le nombre et l’intensité des autostimulations et des stéréotypies, de développer les capacités sociales et communicatives, et surtout de développer les capacités cognitives (l’organisation des perceptions provenant des voies sensorielles, la compréhension des propriétés physiques et fonctionnelles des objets, de l’espace et du mouvement, la compréhension de la relation de cause à effet et des relations spatiales, développer la symbolisation et la compréhension sociale). L’objectif principal de cette méthode est d’aider l’enfant présentant un TED à parvenir à la fin de sa période sensorimotrice en élaborant la « fonction sémiotique » (la pensée symbolique, le langage, le jeu symbolique, la compréhension sociale). En effet, la réhabilitation et la consolidation de ces capacités cognitives permettent à l’individu d’élaborer ses capacités d’autonomie, de rentrer dans les apprentissages scolaires et de mieux s’intégrer dans un contexte socialisant.

Du dépistage à l’accompagnement du diagnostic précoce des TSA.

Resumé :

Dans le cadre des recommandations de l’HAS en matière de dépistage précoce et d’accompagnement au diagnostic, l’Association PREAUT présente ce programme de formation qui allie l’initiation au maniement de la M-CHAT, échelle de dépistage dont l’usage est préconisé par l’HAS, à l’utilisation de l’échelle PREAUT, récemment validée par une recherche française qui s’est déroulée au niveau national de 2006 à 2011[1].

Il vise à sensibiliser les professionnels aux troubles précoces du développement du bébé, dans le cadre desquels on peut identifier un risque d’évolution vers un trouble du spectre autistique, dès la première année de la vie (échelle PREAUT, 9 à 12 mois) et au cours de la deuxième (M-CHAT, 16 mois).

Il propose également une formation aux données actuelles sur les signes précoces de l’autisme d’après la littérature internationale, ainsi que des notions sur les différentes formes du diagnostic précoce : le diagnostic positif, le diagnostic du fonctionnement et le diagnostic des troubles associés.

Il met en place une guidance des professionnels à identifier quel type de démarche d’accompagnement mettre en place, ainsi que les ressources vers lesquelles ils peuvent se tourner pour assurer aux familles une prise en charge adaptée le plus rapidement possible.

Ainsi, ce programme répond aux recommandations de l’HAS en matière de diagnostic précoce de l’autisme, afin qu’il puisse être réalisé de plus en plus rapidement en France.  Il est conçu pour former les professionnels de première ligne à reconnaître les enfants à risque avant l’âge de deux ans, et constituer un espace de rencontre entre professionnels de l’accompagnement et de la prévention et professionnels du soin, afin de faciliter l’orientation, le diagnostic et la mise en place d’une intervention précoce adaptée.

Ce programme donc vise à soulager la détresse des parents, la difficulté des professionnels à orienter les familles et à donner à l’enfant les meilleures chances pour son évolution.

[1]G.C. Crespin et coll., « Remarques cliniques sur les résultats intermédiaires de la recherche PREAUT – Chiffres arrêtés à juillet 2010 » in Cahiers de PREAUT : Résultats intermédiaires de la recherche PREAUT, 8, 39-101, L’Harmattan, Paris 2011 ;

“Infant’s engagement and emotion as predictors of autism or intelectual disability in West syndrom”, L. Ouss, C. Saint Georges, L. Robel, N. Bodeau, M.C. Laznik, G.C. Crespin, M. Chetouani, C. Bursztejn, B. Golse, R. Nabbout, I. Desguerre, D. Cohen, in European Child and Adolescent Psychiatry, 1-7, Heildelberg, mai 2013

“Improving the early diagnosis of autism spectrum disorder by repeating and combining infant and dyadic assessments: evidence from the PREAUT study” by B. Olliac, G. Crespin, MC Laznik, O. Cherif, JL Sarradet, E. Ruiz, C. Bursztejn, J. Xavier, B. Falissard, N. Bodeau, D. Cohen and C. Saint-Georges, soumis au Journal of Child Psychology and Psychiatry, en attente de réponse en 2017

      Formations de développement des pratiques

Habiletés sociales et troubles du spectre autistique

Résumé :

Les habiletés sociales se développent de manière naturelle chez les personnes non porteuses de troubles, qui mettent en œuvre de façon spontanée et pratiquement sans effort des stratégies sociales qui leur permettent de s’adapter à leur environnement quotidien.

A travers cette formation, nous verrons que ce qui peut paraître naturel et simple ne l’est pas pour une personne porteuse de troubles du spectre autistique. Ainsi, nous croiserons les connaissances théorico-pratiques sur les habiletés sociales et les troubles du spectre autistique dans le but de comprendre les particularités de fonctionnement de ces habiletés chez les personnes TSA mais également de stimuler leur développement.

Surdité et troubles associés

Résumé :

L’objectif global de cette formation est d’outiller les équipes professionnelles travaillant autour de personnes avec surdité pouvant présenter des troubles associés afin d’améliorer les pratiques institutionnelles autour de ce public.

L’objectif de la partie théorique de cette formation est de transmettre une vision d’ensemble de la problématique liée à a surdité et aux différents troubles associés.

L’objectif de la partie clinique de cette formation est de donner des outils aux participants pour repérer certaines difficultés chez les personnes avec une surdité et des troubles autistiques associés et de pouvoir adapter en conséquence leur prise en charge.

Sensibilisation au dépistage précoce des TSA et à l’organisation en réseau pluriprofessionnel

Résumé:

Dans le cadre des recommandations de l’HAS en matière de dépistage précoce et d’accompagnement au diagnostic, l’Association PREAUT présente un programme allégé visant l’initiation au maniement de la M-CHAT, échelle de dépistage dont l’usage est préconisé par l’HAS, et l’utilisation de l’échelle PREAUT, récemment validée par une recherche française qui s’est déroulée au niveau national de 2006 à 2011[1].

Ce programme vise à sensibiliser les professionnels aux troubles précoces du développement du bébé, dans le cadre desquels on peut identifier un risque d’évolution vers un trouble du spectre autistique, dès la première année de la vie (échelle PREAUT, 9 à 12 mois) et au cours de la deuxième (M-CHAT, 16 mois).

Ainsi, ce programme répond aux recommandations de l’HAS en matière de diagnostic précoce de l’autisme, afin qu’il puisse être réalisé de plus en plus rapidement en France.  Il est conçu pour former les professionnels de première ligne à reconnaître les enfants à risque avant l’âge de deux ans, et ainsi permettre l’orientation, le diagnostic et la mise en place d’une intervention précoce adaptée.

Ainsi, au-delà de la sensibilisation au dépistage précoce, l’objectif de ce programme est de favoriser la rencontre des professionnels de l’accueil et de la prévention de la petite enfance et des professionnels des institutions de soin (CAMSP, SESSAD, Secteur de pédopsychiatrie), afin de susciter une synergie visant une prise en charge coordonnée et rapide des enfants dépistés.

[1]G.C. Crespin et coll., « Remarques cliniques sur les résultats intermédiaires de la recherche PREAUT – Chiffres arrêtés à juillet 2010 » in Cahiers de PREAUT : Résultats intermédiaires de la recherche PREAUT, 8, 39-101, L’Harmattan, Paris 2011 ;

“Infant’s engagement and emotion as predictors of autism or intelectual disability in West syndrom”, L. Ouss, C. Saint Georges, L. Robel, N. Bodeau, M.C. Laznik, G.C. Crespin, M. Chetouani, C. Bursztejn, B. Golse, R. Nabbout, I. Desguerre, D. Cohen, in European Child and Adolescent Psychiatry, 1-7, Heildelberg, mai 2013

“Infant and dyadic assessment in early community-based screening for autism spectrum disorder with the PREAUT grid”. Olliac B, Crespin G, Laznik M-C, Cherif Idrissi El Ganouni O, Sarradet J-L, Bauby C, et al. (2017) PLoS ONE 12(12): e0188831

Formations : Clinique du bébé et pratiques institutionnelles

      Formation de fond

Prises en charge des troubles relationnels précoces : peut-on prévenir les troubles graves du développement ?

Résumé :

Suite à une approche plus active de la prévention, les équipes soignantes peuvent être confrontées à des prises en charge de troubles relationnels chez le bébé et le très jeune enfant. Elles peuvent se sentir démunies face à l’enfant en amont du langage, à la gestion de la relation avec le parent réel, et osciller entre l’accompagnement et la thérapie analytique parents/bébé.

Ce stage vise à outiller les soignants face aux troubles relationnels précoces en faisant le pari que les troubles graves du développement commencent dès la première année de la vie et que la clinique du bébé et la clinique du risque autistique s’enchevêtrent et s’enrichissent mutuellement.

      Formation habilitantes

Les troubles du lien précoce en pouponnière et dans les lieux d’accueil et d’accompagnement - Observation et prise en charge institutionnelle

Résumé :

Ce stage vise à actualiser les connaissances des professionnels en matière de développement du bébé et du jeune enfant ainsi qu’à l’observation des signes de souffrance précoce.

Il vise à promouvoir des pratiques professionnelles adaptées à la problématique de chaque enfant en faisant le pari que la relation d’accompagnement peut avoir un impact thérapeutique sur les difficultés que connaît l’enfant en arrivant dans l’institution.

     Formation de développement des pratiques

Initiation à la prise en charge institutionnelle des troubles relationnels précoces

Résumé :

Ce stage vise à mettre à la portée des équipes une initiation à la prise en charge institutionnelle des troubles relationnels chez le bébé et le jeune enfant.  Il entend actualiser les connaissances des professionnels en matière de développement du bébé et du jeune enfant ainsi qu’à l’observation des signes de souffrance précoce.

Il vise à promouvoir des pratiques professionnelles adaptées à la problématique de chaque enfant en faisant le pari que la relation d’accompagnement peut avoir un impact thérapeutique sur les difficultés que connaît l’enfant en arrivant dans l’institution.

Il constitue une bonne introduction au stage en 11 jours « Les troubles du lien précoce en pouponnière et dans les lieux d’accueil et d’accompagnement – Observation et prise en charge institutionnelle » qui vise à promouvoir des pratiques professionnelles dont la mise en place est accompagnée dans le cadre de la formation de l’ensemble de l’équipe institutionnelle.

L’équipe de PREAUT intervient également dans le cadre de la formation continue à l’Université Paris-Descartes.

Consultez la fiche du DIplôme Universitaire sur « Le psychique face à la naissance »